Communiqué de la LCF

Publié le 22/05/2018

Quand le football Corse dérange !!

Vendredi dernier des incidents regrettables et condamnables ont émaillé l’arrivée du bus de l’équipe du HAVRE, à proximité du stade de l’AC AJACCIO, à l’occasion du match de playoffs.
Sans une panne mécanique, le bus aurait rejoint le stade sans encombre et le match aurait eu lieu.
Je tiens à souligner la réactivité des dirigeants ajacciens, qui ont œuvré avec diligence et efficacité pour permettre le déroulement de la rencontre en toute sécurité.
Tout d’abord en mettant à disposition trois minibus qui permettaient à l’équipe du HAVRE de rejoindre le stade et en envoyant ensuite l’ensemble des joueurs de l’ACA jouer les médiateurs.
Hélas tous ces efforts sont restés vains, car il y avait une volonté manifeste des dirigeants havrais de dramatiser la situation, en espérant sans doute obtenir le gain du match sans fouler la pelouse.
Aujourd’hui la ministre des sports promet des sanctions et les instances du football se réunissent en urgence.
Que de déchaînement médiatique scandaleux, lorsqu’un club Corse est concerné.
Par contre on oublie volontiers les graves incidents survenus sur les stades continentaux.
Les exemples sont multiples mais souvent passés sous silence, à croire que la CORSE donne un écho particulièrement ciblé.
Nous n’avons pas le monopole de la violence dans les stades et nous ne méritons pas ce traitement spécifique qui tend à nous accuser de tous les maux.
Je serais heureux de constater que la Corse est la seule région concernée par la violence, ce qui signifierait que le football français se porte bien et que les rencontres se déroulent normalement.
Hélas le problème est bien plus profond et il convient de s’en préoccuper au plus haut niveau car les dérapages sont nombreux dans le milieu professionnel et amateur.
Condamner injustement le football Corse, ne résoudrait rien et nous devons tous ensemble œuvrer pour sauver ce beau sport qu’est le football et qui mérite des attentions particulières des instances nationales.
Nous n’avons pas à rougir de notre football et de notre passion.
J’invite les donneurs de leçons de tous bords à balayer devant leurs portes au lieu de s’autoproclamer procureurs ou juges.

Jean René MORACCHINI
Président Ligue Corse de Football

Par David Saladini

Articles les plus lus dans cette catégorie